Aventures serosiennes

Ma ville natale

- Veilen Ytham, Grand officier des Pilliers du Trident à Velyraar

30 Roamsong 1465 TS

Hier soir, la ville a reçu la visite de quelqu’un dont je n’avais pas eu de nouvelles depuis très longtemps. Il y a plusieurs années, une jeune recrue du temple, à l’époque plutôt prometteuse, s’était apparemment mis à suspecter Doric Alastarra, le grand prêtre de Sashelas de l’époque et aussi un de mes plus proches amis, de trahison face à l’ennemi ou quelque chose du genre. Au lieu d’en parler à un ou l’autre de ses supérieurs, le jeune Ak’ash’eck a choisi d’agir vite et d’agir seul, confrontant directement le prêtre et menant à la mort de celui-ci. Je suspecte même qu’Ak’ash’eck ait prémédité l’assassinat: en combat singulier, le jeune n’aurait eu aucune chance de l’emporter.

Des agissements de la sorte auraient facilement valu l’exil définitif mais, compte tenu de la dévotion d’Ak’ash’eck envers la cité, l’Alliance et l’église, de même que de son comportement jusque là exemplaire, j’ai préférer convaincre les autres de lui laisser la chance de demander le pardon et d’expier ses pêchés, mais le jeune n’a même pas voulu reconnaître qu’il avait le moindre tort. Le lendemain, il avait déjà fui la ville avec son arme de service. J’ai ouï-dire beaucoup plus tard qu’il s’était installé à Myth Nantar, puis plus rien… jusqu’à hier.

Avec des compagnons de voyage tous aussi dépareillés qu’on puisse l’imaginer, il a trouvé logis bien à l’écart des murs de la cité elle-même. J’aurais pu trouver une excuse pour l’arrêter mais, tant qu’il restait hors de la ville, les choses étaient plus compliquées. Je crois que certains de ses alliés se sont promenés en ville pour mener une enquête, en particulier sur Aran Ethranieu, un riche marchand, qui se trouvait à être très proche de Doric et moi dans le temps.

Le reste des événements déboule rapidement. Les six compagnons ont une rencontre avec un groupe de dauphins et de marsoiuns, qui attaquent rapidement les gardes à l’extérieur de l’entrepôt principal de la compagnie d’Aran. Profitant de la distraction, les étrangers se faufilent dans les bâtiments, armes à la main. Le reste est plus flou encore, du moins pour le moment. Au où les autorités sont arrivée, une porte cachée entrouverte au fond d’un entrepôt révélait ce qui semble être une caverne transformée en temple dédié à Sekolah. Les carcasses de deux dauphins éventrés étaient encore attachées à l’autel. Dans le reste de la caverne, une dizaine de cadavres elfes ou malentis, certains en forme hybride de requins-garous. Même parmi les squalanthropes, certains étaient apparemment des employés d’Aran. Évidemment, Aran lui-même gisait mort dans un recoin, à peine reconnaissable après les coups de diverses natures qu’il a dû recevoir.

Quant à Ak’ash’eck et ses compagnons, des témoins ont dit voir partir un groupe de six cavaliers en direction du nord tout juste avant l’arrivée sur les lieux des forces de l’ordre. Il serait difficile de les suivre, mais il faudrait d’abord s’entendre pour savoir si la chasse en vaudrait la peine.

Comments

Borris

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.